Le média des initiatives positives

Édité par

Édité par

Cittaslow : ces villes qui ont fait de la douceur un art de vivre

Né en Italie en 1999, le concept « Cittaslow » ou “slow city”, prône le retour à un rythme de vie apaisé et raisonné à travers la promotion du développement durable et local. Il regroupe aujourd’hui près de 300 villes de moins de 50.000 habitants dont 10 en France. Mirande dans le Gers, a décroché le label en 2011 et de l'avis de tous les habitants, il fait vraiment bon y vivre.

Et si vivre à la vitesse d’un escargot était le bon tempo ? C’est en tout cas le pari des 10 communes françaises labellisées Cittaslow : Segonzac (17), Labastide d’Armagnac (40), Mirande (32), Créon (33), Loix-en-Ré (17), Saint-Antonin-Noble-Val (82), Valmondois (95), Samatan (32), Simorre (32) et Cazaubon (32).

Ce label international a été créé en 1999 dans la mouvance du mouvement italien «slow food» qui valorise la valeur du temps pour élever, cultiver et cuisiner. Aujourd’hui le réseau Cittaslow compte 270 villes dans le monde réparties dans 30 pays.

« Cittaslow est un label transversal qui s’applique à la qualité de vie, à la nourriture, comme aux infrastructures. C’est là toute son originalité. »

Appliqué au tissu urbain, Cittaslow prône moins la lenteur qu’un mode de vie raisonné et raisonnable. Tout un programme que l’ancien maire de Mirande et président du réseau Cittaslow France porte avec conviction depuis dix ans : « Cittaslow est un label transversal qui s’applique à la qualité de vie, à la nourriture, comme aux infrastructures. C’est là toute son originalité. »

Pour obtenir son label, une commune doit répondre à la moitié des 72 critères répartis dans six catégories : énergie et environnement, infrastructure et bâti, qualité urbaine, agriculture, artisanat et tourisme, hospitalité et formation et enfin cohésion sociale.

Vive le mieux-vivre !

Estampillée Cittaslow depuis 2011, Mirande a renouvelé son label en 2019. Pour son nouveau maire, Patrick Fanton, c’est un encouragement au mieux-vivre.« Etre Cittaslow, je dirai que c’est avant tout une attitude, plus responsable de l’environnement et en phase avec l’évolution de la société concernant la qualité de l’air, de l’eau ou encore la réduction du bruit. Ici c’est scandaleux de prendre sa voiture pour faire 200 m ! L’accès à la nature est prioritaire, mais aussi à la technologie pour permettre d’attirer le télétravail par exemple. »

L’expérience gersoise – le département le plus Cittaslow de France avec 3 communes labellisées – fait des émules puisque Lourdes, Lectoure et même Paris se sont mis sur les rangs, « car des quartiers peuvent aussi être labellisés » précise le président du réseau national. Reste à convaincre les habitants.

Décliner un tourisme responsable

« C’est toujours le principal challenge, ajoute Patrick Fanton, mais les Mirandais sont fiers que quelque chose avalise la super qualité de vie qu’on a ici ; du coup, ils ont adopté peu à peu l’esprit escargot ! ». En 2018, la commune de 3 500 habitants a même accueilli l’assemblée internationale Cittaslow.

« Un formidable coup de projecteur pour le Gers », ajoute Pierre Beaudran qui espère créer une carte des villes Cittaslow pour décliner un tourisme responsable et apporter des ressources aux territoires concernés. « Mais pas de PIB sans BES », clame-t-il haut et fort. En clair, pas de richesse sans bénéfice économique et social et sans cohésion. Une réflexion de fond sur le mode de vie et le vivre ensemble qui prend encore plus de sens aujourd’hui. 

À lire aussi

  • Qui sommes-nous ?

    Les Éclaireurs met en lumière les initiatives positives.
    En savoir plus
  • Contact

    Une initiative à nous proposer, un projet à nous recommander ?
    Contactez-nous