Le média des initiatives positives

Édité par

Édité par

Il y a 100 ans, cette Française bousculait le sport en imposant des Jeux olympiques féminins

À l’occasion de la Journée olympique et paralympique en ce 23 juin, focus sur Alice Milliat, une française méconnue et pourtant à l’origine de la présence dans le sport des femmes. Un droit gagné au coude à coude, sur le terrain.

Son regard est déterminé, ses bras musclés et sa volonté tenace. Alice Milliat est une femme puissante, et pourtant ni son nom, ni sa photo ne nous évoquent quelque chose. Née en mai 1884, cette Nantaise mérite la plus grande attention, de par sa personnalité et tous les combats politiques menés, très en avance sur son temps. A la fois nageuse, hockeyeuse et rameuse, elle milite très tôt pour démocratiser la pratique du sport et crée, en 1921 la Fédération sportive féminine internationale, dont elle devient la première dirigeante, et qui est à l'origine de l'organisation de Jeux mondiaux féminins, à Paris, dès 1922.

Tout cela, le monde contemporain l'a peu a peu oublié. Pour réparer cette injustice, la journaliste et réalisatrice Anne-Cécile Genre lui consacre actuellement un documentaire en cours de production et de financement sur la plateforme KissKissBankBank, nommé Les Incorrectes. « J'ai appris l'existence d'Alice Milliat en préparant un épisode de Du Sport, le podcast que j'anime pour Binge Audio, sur l'identité complexe des sportives raconte la réalisatrice. Sous l'impulsion de cette femme dont j'ignorais tout, j'ai compris que les femmes au début du XXème siècle se sont battues pour avoir le droit de faire du sport, et elles ont même eu leurs propres jeux olympiques. Ces Jeux Mondiaux Féminins ont eu lieu à 4 reprises avant la Seconde Guerre Mondiale, et ils ont été des grands succès internationaux et populaires. Les stades étaient pleins pour acclamer cette première génération de femmes sportives ! Et à l'origine de tout ça, il y a cette femme française que l'histoire a presque oubliée. Ça m'a donné envie d'en savoir plus sur elle », 

Pourquoi un tel oubli ? Il faut se replonger à cette époque où être une femme et faire du sport était incompatible. Alice Milliat est parvenue, alors qu’on lui dictait de rester chez elle, de ne pas être dans un esprit de compétition, de remplir sa tâche domestique, à imposer les premiers Jeux Olympiques féminins, dans les années 20. À croire que pour cette épreuve, il ne fallait pas manquer d’endurance.

« Les femmes au début du XXème siècle se sont battues pour avoir le droit de faire du sport, et elles ont même eu leurs propres jeux olympiques. »

Comment a-t-elle réussi cet exploit pour les femmes, de pouvoir faire du sport, en compétition ? « Alice Milliat a participé à la création de clubs de sports pour les femmes, elle les a incitées à se mettre en mouvement. Et ensuite, au travers de sa fédération du sport féminin, elle a organisé des compétitions réservées aux femmes, auxquelles elle conviait la presse et les spectateurs. Et elle en profitait pour faire connaître ses idées progressistes. C'était une femme inspirée, et inspirante ! Une sacrée paire d'ovaires, dirait-on aujourd'hui, qui a tenu le cap malgré les critiques et qui est parvenue à faire un peu bouger les lignes », nous explique Anne-Cécile Genre.

En démarrant par l’athlétisme, puis l’aviron, le foot, le hockey, le basket, Alice Milliat a réussi ce match fou contre les idées reçues et les clichés sur les femmes en matière de sport. « Dans le film, on montre que ce qui est reproché, voire interdit, aux femmes, c'est toujours la même chose, qu'on se place à l'époque d'Alice Milliat ou de nos jours : l'effort, le dépassement de soi, l'esprit de compétition, sont des choses automatiquement valorisées chez les hommes. Mais chez les femmes c'est encore parfois difficile à accepter...Le combat des femmes pour garder le contrôle de leur corps, ne pas obéir aux injonctions des uns et des autres sur ce qu'elles ont le droit de faire ou pas, c'est encore totalement d'actualité » confirme Anne-Cécile Genre. Du passé au présent, d’Alice Milliat à aujourd’hui, certains combats doivent encore être menés. À l’approche des Jeux olympiques, on peut penser à toutes ces femmes qui se battent encore aujourd’hui pour faire valoir leur droit au sport, à la compétition. Le match n’est pas fini mais une chose à sûre, Alice Milliat ne restera plus sur la touche.  

Chaque mois, Les Éclaireurs mettent en lumière des initiatives positives en cours de financement avec KissKissBankBank. Soutenez donc ce documentaire important qui revient sur une part trop peu connue de l'histoire du sport et des Jeux Olympiques.

Pour soutenir le documentaire "Les Incorrectes" de la réalisatice Anne-Cécile Genre, pour sortir de l'ombre les combats des sportives d'hier et d'aujourd'hui

Crédit photo Une : Gallica/BNF

A lire aussi

  • Qui sommes-nous ?

    Les Éclaireurs met en lumière les initiatives positives.
    En savoir plus
  • Contact

    Une initiative à nous proposer, un projet à nous recommander ?
    Contactez-nous